Le Comité national pour la défense des droits des chômeurs, accompagné de chômeurs venus de diverses régions du pays ont manifesté le dimanche 6 février 2011 devant le ministère du Travail, à Alger. Quelques journalistes cachetiers (pigistes), récemment licenciés de la radio nationale se sont également joints à la manifestation. Selon le FMI, le taux de chômage en Algérie serait de 9,8 % avec 21 % de chômage chez les jeunes.

Dans la matinée du 6 février, un dispositif policier avait été mis en place dans la perspective de la manifestation. Quatre personnes ont d’ailleurs été interpelées. Finalement, la manifestation a été autorisée et les quatre individus relâchés. Une liste de 756 diplômés de l’une des wilayas (division administrative algérienne) les plus riches d’Algérie a également été présentée au cours de cette manifestation, afin de mettre en évidence les ravages du chômage.

L’objectif de cette manifestation était de dénoncer le chômage, la précarité et l’exclusion sociale. Les revendications concernaient notamment l’interdiction des licenciements économiques et la mise en place d’une allocation chômage à hauteur de 50 % du SNMG. En effet, depuis 2008, l’allocation chômage est plafonnée à 15000 dinars , soit 150 euros. Le journal « Dernières Nouvelles d’Algérie » (DNA) rapporte les mots d’ordres que l’ont pouvait entendre au cours de cette manifestation et qui dénonçaient le système Algérien : « Barakat barakat min nahb edollarat » « Cessez, cessez de voler les dollars », « One two three, où va l’Algerie ? » « Rendez nous notre nationalisme »…

« Je vais me brûler ainsi je ne pourrais plus souffrir. »

Au cours de cette manifestation, un père de famille à menacé de s’immoler par le feu. Il réclamait un visa pour son fils de cinq ans atteint d’une maladie rare. DNA rapporte également que « Lorsque ce père s’est plaint auprès du ministre de la Santé, Djamel Ould Abbes, celui-ci a offert à son fils une chaise roulante. »

Un agent de Netcom s’est présenté à la manifestation avec un bidon d’essence. Après s’être aspergé d’essence, il a tenté d’allumer un briquet, mais a été arrêté avant de pouvoir mettre à exécution sa menace.

"Challenges" rapporte par ailleurs que ce même dimanche, selon un témoin présent sur les lieux, un jeune homme a tenté de se suicider par pendaison devant le siège de la wilaya de Djelfa à près de 300 km d’Alger. Selon DNA, c’est l’intervention d’un automobiliste, qui a coupé la corde autour du cou du jeune individu, qui l’aurait sauvé. L’homme a été transféré à l’hôpital de la ville et ses jours ne seraient pas en danger. Notons que c’est dans cette même wilaya, qu’un autre homme avait tenté de s’immoler par le feu fin janvier 2011.

Depuis le mois de janvier, environ 15 tentatives d’immolation par le feu ont été enregistrées en Algérie.

Rendez-vous le 12 février à Alger

Après cette manifestation, le comité national pour la défense des droits des chômeurs a lancé un appel à tous les chômeurs du territoire, pour les inviter à participer à leur marche. A ce jour, cette manifestation est toujours à l’ordre du jour, malgré l’interdiction en vigueur.